La Fondation Carold

 

Un ferme engagement à soutenir et outiller les personnes qui impulsent un changement social.

 

En 1989, Clare Clark a mis sur pied la Fondation Carold pour la participation citoyenne au changement social — une petite fondation qui a produit un grand impact pour l’éducation des adultes et la participation démocratique.

[Carold possédait] une sorte d’inclusivité alchimique afin de trouver les personnes, de susciter les idées et les relations au fil du temps, pour ensuite les mettre en avant juste au bon moment.
— Vanessa Reid, Living Wholeness Institute

Organisation souple axée sur l’apprentissage et guidée par des principes ancrés dans les mouvements sociaux, la Fondation Carold a :

  • Créé des espaces de dialogue qui ont fait progresser la participation démocratique au Canada

  • Aidé les leaders du secteur bénévole à réfléchir à leurs pratiques et à leurs connaissances, pour les peaufiner et les partager

  • Encouragé les partenariats novateurs avec des organismes et des personnes ayant des objectifs similaires

Dans un secteur où les espaces de réflexion se font rares, la Fondation Carold a donné à des personnes un cadre précieux pour approfondir leur apprentissage et partager les leçons apprises. Grâce à la bourse Alan Thomas, des leaders se trouvant à une croisée des chemins sur le plan professionnel ont pris une année sabbatique afin de réaliser une recherche importante pour le secteur. Les récipiendaires de la bourse ont ensuite communiqué les fruits de leur recherche dans des rapports, des livres, des films, etc.

Par ailleurs, en organisant des cercles d’apprentissage et d’autres événements, la Fondation Carold a réuni des groupes en vue de discuter de sujets liés au changement social (p. ex., démocratie à l’échelle locale et mondiale; citoyenneté et mondialisation). Quelques-unes des riches discussions engagées font l’objet de publications de la Fondation Carold, qui sont encore pertinentes aujourd’hui.

La Fondation Carold a lancé les bourses Winifred Hewetson Awards in Community and World Service en l’honneur de Win, nièce de Mme Clark, qui a été l’un des membres fondateurs du conseil d’administration de la Fondation Carold.  

Grâce à la bourse, mon réseau s’est développé de façon exponentielle.
— Peggy Edwards, boursière Alan Thomas 2009

C’est ainsi (et de bien d’autres façons!) que la Fondation Carold a mis les gens en contact et permis le développement de liens solides, créant un réseau dynamique de personnes partageant une même vision de l’apprentissage des adultes en lien avec la citoyenneté et le changement social.

CHANGEMENT DE CAP

Au cours de ses 30 ans d’histoire, la Fondation Carold a véhiculé fidèlement la vision de Mme Clark. Une question lui a tenu lieu de boussole morale afin d’orienter ses décisions : « Qu’est-ce que Clare dirait ou voudrait? »

En 2016, prenant en compte l’évolution du secteur du changement social et du milieu de l’éducation des adultes, le conseil d’administration a convenu que la poursuite du travail de la Fondation Carold exigeait la création d’un nouveau partenariat audacieux. Selon ce conseil, Mme Clark ne considérait pas que le maintien de la Fondation Carold était un but en soi et, alors que les ressources financières s’épuisaient, il a cherché des occasions de collaborer au lieu de cesser les activités.

La Fondation Carold a trouvé en CKX un partenaire qui partageait ses valeurs. Ce partenariat perpétue le travail de la Fondation Carold, qui prend un nouvel essor. Ensemble, CKX et la Fondation Carold créent un nouveau genre d’agence de changement social dont la vision s’enracine dans les valeurs fondamentales de la Fondation Carold, et qui se lance dans une nouvelle poursuite intrépide.  

Les archives de la Fondation Carold et les documents de Clare Clark sont conservés à l’Université de Waterloo.

Réflexions

Nous laissons en héritage une bourse dont nous pouvons être fiers; puisse-t-elle continuer à produire des fruits. 

- Nigel Martin, ancien membre du conseil d’administration.  

 

CAROLD A LANCÉ LES CONVERSATIONS

Carold a lancé les conversations sur des douzaines d’enjeux qui nous aident à comprendre et à pratiquer la démocratie et la citoyenneté dans le Canada d’aujourd’hui, notamment : extraction des ressources dans les communautés des Premières Nations, sécurité et société civile, démocratie participative, innovation dans les mouvements sociaux au Québec, droits de la personne et citoyenneté, nouvelles tendances du bénévolat, interface entre les mégadonnées et la société civile. Un parcours impressionnant pour une petite fondation qui n’avait ni personnel ni bureau.

- Michael Cooke, ancien président, vice-président et trésorier de la Fondation Carold

 

AMÉLIORER LA SOCIÉTÉ CIVILE

Carold est vraiment une organisation formidable qui fait son possible pour améliorer la société civile au Canada et dans le monde. Ce fut un privilège d’en faire partie.

- Amir Hussain, membre du conseil d’administration de Carold (2007-2013)


LE LEADERSHIP DE CLARE CLARK

[Clare Clark] avait une façon d’être présente partout, ce qui m’attirait chez elle : elle était un leader à une époque où les femmes de sa classe sociale passaient beaucoup de temps à recevoir pour le thé ou à donner des réceptions.

- Leona English

RÉFLEXION, EXPLORATION ET CHANGEMENT SOCIAL

Carold a véritablement été un espace de réflexion, d’exploration et de changement social. C’était en fait une petite organisation, façonnée par les idées et l’enthousiasme des membres de son conseil d’administration. Non limitée par une structure rigide, et limitée seulement par l’énergie, le temps et les idées qu’on pouvait apporter.

- Lois Ross, membre du conseil d’administration de Carold (2010-2017)

 

UNE ORGANISATION DÉPOURVUE D’EGO

De toutes les organisations que j’ai connues, la Fondation Carold me semble la plus dépourvue d’ego. Je pense que c’est peut-être ce qui lui a permis d’inspirer et de stimuler la créativité et l’engagement de tant de personnes, dans des régions canadiennes si différentes.

- Derek G. Evans, PDG de CUSO International (2008-2015)



LE BIEN COMMUN

À la Fondation Carold, j’ai vu un groupe de personnes dévouées et réfléchies prendre le plein contrôle d’une parcelle de pouvoir, et l’utiliser pour le bien commun.

- D'Arcy Martin

 

Récipiendaires de la bourse Alan Thomas

La bourse Alan Thomas pour l’avancement du bénévolat et de la société civile, établie en 2007 par la Fondation Carold, visait à renforcer le leadership communautaire et à sensibiliser le public à l’importance du bénévolat.

Alan Thomas a été l’un des plus influents éducateurs auprès des adultes au Canada, et a joué un rôle essentiel dans la création de la Fondation Carold. Il a aussi écrit plusieurs livres et a été reçu membre de l’Ordre du Canada. Pour en savoir plus sur Alan (en anglais seulement).

Les récipiendaires de la bourse consacraient un an à la réflexion et à la recherche, et ultimement à la mise en œuvre d’un projet de publication ou d’expression artistique en vue d’enrichir les connaissances du secteur communautaire.

En 2016, les récipiendaires de la bourse se sont réunis à Antigonish, en Nouvelle-Écosse, pour trois jours de réflexion. Ils ont discuté du leadership au sein des mouvements engagés dans le changement social et le militantisme au Canada. On peut lire leurs réflexions dans What Time Is It?, le rapport qui fournit un résumé de la retraite. Télécharger le rapport (en anglais seulement).

QUE DEVIENDRA LA BOURSE?

Les valeurs de la Fondation Carold — réflexion, apprentissage et changement social — orientent la conception et le développement des programmes de bourse et de pratique réflexive offerts par CKX.

 
alexa conradi.jpg

ALEXA CONRADI, BOURSIÈRE 2016

Alexa Conradi est une auteure primée ainsi qu’une conférencière, une formatrice et une militante féministe. Elle a écrit Fear, Love and Liberation in Contemporary Québec: A Feminist Reflexion, livre qui sera publié en 2019 aux éditions Between the Lines. De 2009 à 2015, elle a été présidente de la plus importante organisation féministe au Canada, la Fédération des femmes du Québec. De 2006 à 2009, elle a assuré la présidence du parti politique Québec solidaire, dont elle avait été la première présidente élue.

Après avoir nagé à contre-courant pendant des années, Alexa a consacré sa bourse à l’écriture de Les angles morts : Perspectives sur le Québec actuel, un livre qui traite des « angles morts » au sein de la société québécoise en ce qui a trait au féminisme, aux relations avec les Autochtones, au racisme systémique, à la violence à l’encontre des femmes et aux inégalités croissantes.

 

FRANCES WAITHE, BOURSIÈRE 2015

Frances Waithe est cofondatrice et directrice générale de DESTA (Dare Every Soul to Achieve) Réseau de la jeunesse noire, un organisme communautaire au service des jeunes marginalisés. Ces 25 dernières années, elle a travaillé en vue d’améliorer la vie des gens de son quartier de la Petite-Bourgogne, à Montréal.

La bourse de Frances lui a permis de réfléchir à son expérience et de dégager l’orientation future des programmes de DESTA ainsi que sa propre orientation en tant qu’agente de changement dans sa communauté.

 

LUC GAUDET, BOURSIER 2014

Luc Gaudet est le fondateur et directeur artistique de Mise au jeu, un organisme d’intervention théâtrale participative. Ses recherches sur l’utilisation du jeu et du théâtre comme outil de développement personnel et social l’ont amené à parcourir le Québec et différentes régions du monde.

Dans le cadre de sa bourse, Luc a réfléchi à ses interventions sociales via Mise au jeu, et a élaboré un modèle des étapes à suivre pour transformer les spectateurs en acteurs. En particulier, il a mis l’accent sur le pouvoir du jeu à cette fin.

 
sen_207802_large.jpg

KIM PATE, BOURSIÈRE 2013

Avant d’être nommée au Sénat du Canada, Kim Pate a été directrice générale de l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (ACSEF), une fédération de sociétés qui travaillent auprès et au nom des femmes et des filles marginalisées, victimisées, criminalisées et incarcérées.

La bourse de Kim lui a permis d’élaborer des stratégies pour la défense des droits de la personne, avec et pour les femmes qui constituent la population carcérale à plus forte croissance. Elle a formé des étudiantes et étudiants en droit dans les domaines du droit carcéral et des droits de la personne; du personnel de soutien communautaire pour l’identification des besoins de réinsertion des détenues et ex-détenues, et la réponse à ces besoins; et des femmes criminalisées en ce qui a trait aux droits de la personne et aux besoins de réinsertion des femmes.

Dans son premier discours au Sénat, elle a souligné son intention de continuer à défendre les droits de la personne.

 
NicoleRycroft.jpg

NICOLE RYCROFT, BOURSIÈRE 2012

Nicole Rycroft est la fondatrice de Canopée, un OSBL qui collabore avec l’industrie forestière en vue de trouver des solutions d’affaires qui protègent les forêts anciennes et menacées.

Pour son projet de bourse, Nicole a examiné comment des OSBL réussissaient à accroître leur impact et à constituer des exemples positifs de changement dans d’autres collectivités et d’autres régions du monde. Elle a étudié plusieurs modèles, dont les licences et les franchises commerciales, afin de déterminer comment les organismes de bienfaisance pourraient procéder pour augmenter le plus possible leur influence et leur efficacité auprès des différents ordres de gouvernement sans développer des structures lourdes et compliquées.

 

JOHN COX, BOURSIER 2011

John Cox est un agent de développement communautaire de Halifax, Nouvelle-Écosse. Défendant depuis longtemps les intérêts des personnes handicapées, il travaille pour le chapitre néo-écossais du mouvement Des personnes d’abord, le plus ancien organisme d’autodéfense des droits des personnes handicapées intellectuellement ou étiquetées comme telles.

John a profité de sa bourse pour examiner le travail de sensibilisation effectué par des gens considérés comme des déficients intellectuels, ainsi que l’influence et l’impact de leur mobilisation sur les politiques canadiennes en matière d’inclusion. Il a dressé l’historique du mouvement Des personnes d’abord, en Nouvelle-Écosse et au Canada.

 
paula carr.jpg

PAULA CARR, BOURSIÈRE 2010

Depuis plus de 40 ans, Paula Carr œuvre dans le secteur des services communautaires et auprès des instances municipales et provinciales, en appuyant les leaders d’organismes locaux de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique. Elle travaille actuellement à Doctors of BC comme agente de développement dans le système des soins de santé.

Pour sa bourse, Paula s’est penchée sur les pratiques de développement communautaire de l’organisme Collingwood Neighbourhood House, qui dessert un quartier multiculturel de Vancouver. Afin de guider le travail dans des contextes similaires, elle a examiné les moyens pris par cet organisme en vue de créer des environnements socialement inclusifs et de développer un leadership interculturel.

 
michel venne.jpg

MICHEL VENNE, BOURSIER 2010

Ancien journaliste, Michel Venne a fondé en 2002 l’Institut du Nouveau Monde (INM), un organisme non partisan dont la mission est d’accroître la participation des citoyens à la vie démocratique. Il est maintenant conseiller et analyste politique.

Son projet de bourse a consisté à étudier le rôle de la participation citoyenne dans la création et la mise en œuvre d’innovations sociales, en mettant particulièrement l’accent sur le travail de l’INM, ses écoles de citoyenneté et ses rendez-vous citoyens. Il a produit plusieurs ressources afin d’illustrer les méthodes employées pour favoriser l’engagement des citoyens et les innovations sociales.

 

PEGGY EDWARDS, BOURSIÈRE 2009

Peggy Edwards est une consultante en promotion de la santé, analyste politique et écrivaine d’Ottawa, qui se spécialise dans les questions liées au vieillissement, à la justice sociale, au volontarisme et au genre. Elle est très impliquée au sein du mouvement Grandmothers to Grandmothers Campaign qui aide les grands-mamans africaines élevant des orphelins du sida.

Pour son projet de bourse, Peggy a étudié Grandmothers to Grandmothers Campaign, associé à la Stephen Lewis Foundation, afin de répondre à cette question : « Comment pouvons-nous engager, encourager et soutenir des personnes défendant les droits des femmes plus âgées dans la société civile? »

 
photo_2320948_resize.jpg

VINCENT GREASON, BOURSIER 2009

Vincent Greason, qui enseigne aux adultes, est actif dans les organismes communautaires et le milieu ouvrier au Québec et en Ontario. Membre du conseil d’administration de la Ligue des droits et libertés depuis 2006, il travaille pour la Table ronde des OVEP de l'Outaouais, une coalition d’organismes en éducation populaire situés dans l’ouest du Québec. En 2017, il a reçu le Prix Émile-Ollivier pour son engagement de toute une vie dans l’éducation des adultes.

Dans le cadre de sa bourse, Vincent s’est penché sur le rôle que les organismes communautaires québécois ont joué, et continuent à jouer, dans la vie collective du mouvement communautaire au Québec, en s’arrêtant particulièrement aux groupes militant pour la défense et la promotion des droits collectifs.

 
goldsmith.jpg

PENNY GOLDSMITH, BOURSIÈRE 2008

Penny Goldsmith est une militante pour la justice sociale en Colombie-Britannique. Elle a été pendant 18 ans coordonnatrice de PovNet, un réseau de communication en ligne et un outil pédagogique pour les travailleurs de première ligne luttant contre la pauvreté, et pour les intervenants communautaires, les pauvres et les personnes marginalisées.

Dans le cadre de sa bourse, avec l’artiste Kara Sievewright, Penny a écrit et par la suite publié un livre illustré racontant l’histoire de PovNet, Storming the Digital Divide: the PovNet Story.

Penny s’est depuis impliquée au sein d’une chorale faisant la promotion de la santé mentale. Elle fait aussi partie de la chorale Solidarity Notes qui chante pour soutenir des causes de justice sociale.

Publications

Les publications de la Fondation Carold portaient sur des questions pressantes concernant la démocratie, la citoyenneté et la mondialisation, le bénévolat, etc. 

 

DU LOCAL AU MONDIAL : CONSTRUIRE LA DÉMOCRATIE (2007)

La démocratie peut-elle être renouvelée? Comment peut-elle réellement devenir participative, et ouverte à tous les citoyens et citoyennes?

Du local au mondial : construire la démocratie expose les causes du récent déficit démocratique, et les efforts locaux et mondiaux pour le contrer.

En examinant la gouvernance chez des Autochtones de la Colombie-Britannique, les barrières à la participation démocratique auxquelles sont confrontées les femmes de couleur à Toronto, le budget participatif d’une ville brésilienne, etc., Du local au mondial : construire la démocratie montre comment les réalités locales et mondiales ont une incidence sur la participation citoyenne à la démocratie.

Télécharger le rapport.


CITOYENNETÉ ET MONDIALISATION : EXPLORATION DE LA PARTICIPATION ET DE LA DÉMOCRATIE DANS UN CONTEXTE DE MONDIALISATION (2002)

Citoyenneté et mondialisation présente une synthèse du symposium organisé en 2002 par la Fondation Carold afin d’examiner les visions du monde présentées par les mouvements sociaux, et les changements positifs suscités par ces mouvements.

Le rapport résume également l’intervention des quatre conférenciers et conférencières à cet événement : John Foster, de l’Institut Nord-Sud, sur les droits de la personne; Lorraine Guay, de la Marche mondiale des femmes, sur les femmes; Elizabeth May, du Sierra Club du Canada, sur l’environnement; et Nancy Neamtan, du Chantier de l’économie sociale, sur l’économie sociale.

Vous désirez approfondir ces sujets? Lisez les quatre présentations intégrales :

  • « La marche mondiale des femmes : une action politique de transformation du monde », par Lorraine Guay

  • « Droits de l’homme », par John W. Foster

  • « Citoyenneté et Mondialisation : Participation et démocratie dans un contexte de mondialisation », par Elizabeth May

  • « Économie sociale et solidaire et “L’autre mondialisation” », par Nancy Neamtan

Télécharger le rapport.


Voluntary Action and Organization in Canada: The Last Decade and Beyond (1999)

Les années 1990 ont été une époque de changement politique et sociétal au Canada, avec les compressions budgétaires du gouvernement et des demandes accrues pour les organismes des secteurs de la santé et des services sociaux, et les organismes communautaires.

Voluntary Action and Organization in Canada compile les réflexions de leaders du secteur communautaire sur les moyens à prendre pour que le secteur demeure dynamique et continue d’apporter sa contribution à la société civile canadienne.

Télécharger le rapport (en anglais seulement).